Conversations avec D.E. Gagliardini

Beltá Frajumar: Comment avez-vous su que vous vouliez être designer ?

 

D.E. Gagliardini: Je n’ai certainement pas commencé par planifier ma vie professionnelle, tout s’est fait petit à petit. Avant de devenir architecte, j’ai obtenu un diplôme de métreur, puis je suis entré à l’université polytechnique de Milan.

 J’ai obtenu mon diplôme d’architecte en 1974 et, après l’examen de qualification correspondant, en 1975, j’ai rejoint l’association des architectes de Milan. Tout cela m’a conduit sur une voie presque obligée, je me suis donc associé à un camarade de classe pour créer un bureau d’ingénieurs.

Parmi les différents travaux, nous avons réalisé l’extension d’un fabricant de meubles d’extérieur en rotin. Le propriétaire nous a demandé de concevoir certains produits.

Entre-temps, nous avons rencontré un ingénieur technique qui, en plus de collaborer avec l’industrie de notre client, collaborait également avec d’autres industries, notamment une entreprise espagnole qui produisait des meubles d’extérieur en osier.

Connaissant mon séjour à Madrid, il m’a proposé de me rendre à Gérone pour me présenter à eux dans l’intention d’entamer une éventuelle collaboration.

C’était en 1982 et cela a marqué le début de mes collaborations avec diverses entreprises espagnoles opérant dans différents domaines, et donc mes débuts en tant que designer. Ma passion pour l’Espagne était trop forte pour que je ne me consacre pas aux voyages qui me donnaient l’occasion de vivre ma passion.

J’ai donc quitté l’architecture, qui était à l’époque contaminée par les « tangentopoli », pour me consacrer au design.

 

D.E. Gagliardini, prix INTERCIDEC, ’16.

 

BF: Que pouvez-vous nous dire de votre expérience de collaboration pour des magazines d’architecture et de design tels que Ottagono, ddn, Riabita, publiés par Rima Editrice et les magazines Style et Places, publiés par Fiera Milano Editore ?

 

D.E. Gagliardini: Il serait trop long de répondre en détail à chacun de ces magazines, mais la question m’amène à des réflexions qui les réunissent : le concept de  » flash-back  » pour expliquer le récit me semblait abstrait.

Je n’avais pas réalisé que le flashback peut également être décliné sur la réalité subjective, ainsi qu’objective.

En d’autres termes, pour décrire mon parcours, je trouve vraiment essentiel « d’interrompre l’ordre chronologique des événements ». Je suis d’abord un journaliste ou d’abord un architecte.

Je m’occupe de projets et, depuis quelque temps, j’utilise le langage et l’amplificateur « social » pour faire voyager « notre » contenu. Je dis « notre » car s’il n’y avait pas de projets et de concepteurs, je manquerais d’intrigues et de protagonistes pour mon récit.

Au cours de ces années de travail, je suis passé de la machine à écrire aux débuts de l’internet et des plateformes de médias sociaux. Dans ces changements, je m’oriente de manière totalement instinctive.

L’improvisation me fait du bien, elle m’a accompagné dans mes différentes collaborations avec ce que l’on appelle les « petits magazines », ceux qui sont produits en dehors des grands circuits d’édition, les magazines dits de secteur.

Il s’agit de modèles de magazines dans lesquels les architectes discutent de la théorie et de la critique de l’architecture et du design, un phénomène typiquement européen qui contraste avec le monde des magazines soutenus par la publicité. Ils ont changé la façon de penser l’architecture, en se recentrant sur la recherche plutôt que sur la profession. Leur public privilégié était celui de l’université et du monde du design, dont étaient issus leurs rédacteurs, presque tous professeurs. Une lecture narrative que j’essaie de récupérer à travers mes articles publiés par Diseño Interior, en essayant de recréer un coin de ce qui était autrefois des revues  » d’écoute « , donnant voix à la mémoire, pour plonger dans le passé ce qu’ils appellent aujourd’hui la modernité.

 

 

BF: Vos pièces ont tendance à être classiques et assez intemporelles. Est-ce un choix esthétique ou pragmatique ?

 

D.E. Gagliardini: Je pense que ce n’est ni l’un ni l’autre, c’est juste ma façon d’être pour donner des réponses en adéquation avec les besoins des entreprises. Je pense qu’il est important que le designer crée des objets qui ont une fonction, qui répondent à un besoin et qu’il ne s’agisse pas seulement de la contemplation de la beauté.

Par conséquent, la beauté d’un objet doit être fonction de son objectif, elle ne doit pas être détachée de sa fonction. Dans le design moderne, cependant, il y a quelques exceptions, en fait dans certains cas la fonction passe au second plan et la partie communicative est plus importante, comme dans le presse-agrumes Juicy Salif de Philippe Starck (1990), inconfortable et inutilisable pour sa fonction (le jus coule partout parce qu’il n’y a pas de récipient et les graines ne se séparent pas), mais d’une beauté particulière et avec un grand côté communicatif.

D’autre part, à chaque moment de l’histoire, l’homme a besoin non seulement de contenus mais aussi de « formes ».

Nous vivons un moment où nous repensons la culture du design, c’est peut-être pour cela qu’il y a beaucoup de rééditions. Mon intérêt se porte sur les modèles et typologies sédimentés, réinterprétés et réduits à leur essence et avec une plus grande rigueur formelle : un indice de la culture du design.

La récupération de la tradition est configurée comme une expression artistique nostalgique plutôt que comme une rhétorique. Mon design veut être une caractérisation individuelle qui identifie un modèle de référence de bon design où l’harmonie, la simplicité, l’utilité et la beauté sont les expressions d’une éthique de vie.

Des typologies qui ont leurs racines dans le passé, qui sont éternelles grâce à leur esthétique construite avec tant d’équilibre et d’harmonie.

Je n’ai jamais ressenti le poids des responsabilités, je n’ai jamais été anxieux, je n’ai jamais cherché la confrontation. Cela m’est apparu immédiatement, lorsque, encore étudiant, je cherchais des références dans les choses que je projetais. C’était ma façon de concevoir : avoir d’abord une idée, un concept, puis rechercher une émotion. Un jeu de relations stylistiquement unitaire, qui implique tout, volume, surfaces, détails. C’est précisément dans cette pratique de conception que réside la « modernité » de mes conceptions classiques et intemporelles.

Canapé ALAN, design de D.E. Gagliardini pour Beltá Frajumar

 

BF: Quel est pour vous le meilleur aspect du travail avec Beltá Frajumar ?

 

Je pense que j’ai commencé à collaborer avec BF certainement sans le planifier. Une fois de plus, le hasard a marqué mon chemin : un ami, connaissant mon parcours professionnel, m’a proposé de me présenter à un fabricant de canapés, qui avait pour projet d’élargir la gamme du marché avec de nouveaux modèles, etc.

Nous avons convenu que lors de mon premier voyage d’affaires à Barcelone, il m’accompagnerait à Yecla pour établir les premiers contacts. Et c’est ce qui s’est passé. Je me suis présenté à ce qui était alors Frajumar et ils m’ont demandé mon avis pour appeler la nouvelle ligne Beltà, j’ai aimé immédiatement et en italien cela signifie « beauté », qui est contre tant de beauté.

J’ai présenté des modèles, certains les ont acceptés et d’autres ne les ont pas compris. Puis petit à petit la collaboration est devenue de plus en plus forte, ils ont considéré utile mon expérience qui relie la chaîne projet-production-communication, mais la chose la plus importante était que la relation professionnelle a généré la relation humaine, j’ai trouvé le respect et l’amitié.

C’est ce que je trouve positif dans le travail avec Beltá Frajumar : la relation qui vous implique en tant que personne, en vous sentant responsable non seulement sur le plan professionnel, mais aussi en tant que personne méritant l’amitié.

 

Canapé AXIS, design de D.E. Gagliardini para Beltá Frajumar

 

Voulez-vous connaître d’autres modèles et designers ? Cliquez ici

 

Partager :

Vous pourriez également être intéressé par

foto-familia-premios-intercidec-awards-2022
InterCIDEC Awards, 7ème gala de remise des prix

Prix InterCIDEC 2022, c’était le 7ème gala de remise des prix à Bilbao. Le gala de remise des prix du concours international de design d’environnements contractuels, InterCIDEC Awards 2022, organisé

Abonnez-vous à notre bulletin d'information